LAPD Suspects 10-18 Lieux Dossiers Articles Revue de Presse Publications
Mercredi 28 juin 2044

Une course de trop
Dossier

Genre:Scénario
Synopsis:
Durée: pas encore testé mais 2h30 minimum
Nombre d'enquêteurs: 3 à 4


Présentation

Quartier: South Central et Gardena



Intro


Comme demander par la hiérarchie, nos Cops patrouille dans les rues de South Central. Un rassemblement de gars bien chaux pour une partie de baston attirent les confrères. Mais par un fait divers, les cogneurs remarquent les Cops et fuient dans les ruelles. Le fait divers, un homme, la tête en feu, chute d'un immeuble pour atterrire sur la Spitfire !



Amorce


A moins de devoir lancer un jet 6+/perception(2), nos agents aurons l'intention de lever leur nez, pour remarquer que cet individu vient du 10iéme étage. Ils remarqueront également une fumée peu épaisse sortante du bâtiment.

Suivant le nombre des Cops, ils s’occuperont du fumant et montrons à l’appartement. Par évidence, nos amis les voisins serons déjà présent, histoire de savoir s’il y a du sang…

Pour être simple, le plan de l’appart est comme celui dans fahrenheit (Quantic Dream) de Lucas Kane. On peut remarquer que la porte d’entré n’est pas fracturé, dans la pièce principale il y a un joli bordel, (Chaise dans les 4 coins de la pièce, des bibelots par terre…) la fumée vient des rideaux. S’ils choisissent d’explorer l’appartement, après quelques jets de perception, ils remarqueront un déodorant pas loin du balcon, une chaise fracturé, quelque tâche de sang et un couteau plein de sang déposé sur le tapis, sinon rien de suspect. S’ils optent plutôt pour la scène de crime, perception/s2c(3), ils concluront d’après les tâches de sang, que c’est la victime qui a reçu le couteau et l’a retiré. La chaise a servi sans doute d’arme (je sais, il faut pas être flic pour deviner ça, mais on sait jamais), et le déodorant a été servi comme lance flamme.
Si vous le souhaitez, les cops ayant fait une réussite de 2 ou 3, ou un jet d’instinct de flic (4), verrons la scène comme suit : Après quelques coups de poing, l’agresseur lui a enfoncé le couteau, la victime retire la lame, pendant ce temps là, une chaise lui vient de plein fouet, et l’agresseur termine par un barbecue, qui ce défint fui par…

Les voisins ne diront rien d’intéressant sur le fait, vous pouvez les emmener sur des pistes aléatoires, (une engueulade avec un pote il y a 3 jours, des mecs peu fréquentable parcourraient les couloirs…) Or, la voisine permettra de donner le nom de sa meilleure amie [Sonia].



Développement



Archive dit-moi…


Propriétaire : John Parker, 26 ans, américain, associé à l’épicerie de Doug Mikel. Adresse : HLM 12, 24 rue…, appartement 10.06. Pas de casier judiciaire.

Victime (après rapport de l’anthropologue victimologiste [ ce rapport est long à obtenir] et correspondance avec les archives ) : Orson Jeff, 34 ans, américain, 38 rue des bisons rouges. Licencié du bar Forgotten concern. Appartient à une organisation criminelle : Sharp-edged jaw. Casier judiciaire : divulgation des biens et compte financier envers son employeur, et complicité de vol régulier d’argent à son lieu de travail.


Les réponses aux questions


[ Laihef Sonia ] : Habite au nord de Gardena, 26 ans, étudiante en agroalimentaire, peut informer sur le propriétaire de l’appartement. Les cops en tireront les détailles suivant :
Homme simple, sans histoire, ils étaient très proche, se confiaient leurs petits secrets.
Ses loisirs : jeux-vidéo, cinéma, fléchette. Il va se détendre tous les soirs au « Truer than natural » à Little Tokyo, un cybercafé hyper moderne. Il connaît bien le patron.
Ils travail en tant que gérant du dépôt et livreur dans une supérette, à Bellflower, il ne sent plein pas. Il bosse avec Doug Mikaël.
Ses petits soucis : il n’arrive pas à avoir assez d’argent pour réaliser son rêve (concevoir un jeu-vidéo cinématographique) et sa banque refuse pour l’instant de lui accorder un nouveau prêt. Et il recherchait un nouvel appartement, il n’aime ce quartier.
Sauf si vous vous apercevez que les cops veulent approfondir, elle ajoutera qu’elle a remarqué une personne aux cheveux longs, châtain clair, avec lui, sortant du « Hell on ground » à Gardénia. Ce qui n’est pas son genre de boite de nuit ! Il lui a juste dit qu’il là rencontré au cybercafé, et qu’il avait proposé ce genre de boite de nuit.


[ Doug Mikaël ] habite à Bellflower, 32 ans. Ses réponses :
Même chose que Sonia, mais il ajoutera qu’il le trouvait plus nerveux dernièrement, plus spide.

[ Tjan Küfi ]: Peu importe ses caractéristiques, ses réponses :
Très bon client !! Très sympa comme garçon. Sinon rien de plus que les autres. Si les cops demande au sujet de la nouvelle connaissance, il la décrira comme suit : Cheveux longs, blond, cicatrice sur une oreille. Taille normal, 175cm. N’est jamais venu avant John Parker. Il a discuté un peu avec lui. Il est venu 3, 4 fois et ça fait pff… 3 mois de ça !


Les spécialiste, ils disent quoi ?


Le médecin légiste :
- Brûlure de 3iém degré à 9% du cops (tête et cou) (règle des neufs, de Wallace.)
- 2 coupure de 3 à 5 mm d’épaisseur sur 55 et 39 mm de longueur à la main droite.
- Entailles de 63 mm d’épaisseur sur 17 mm de longueur.
- Hématome sur le flanc droit du dos, large zone.
- Morceau de verre sur la main et l’avant bras gauche.
- Impact sur la poitrine et tête important. (chute du 9iém au 11iém étage)
- Pas de trace de l’agresseur.

Les experts de scène de crime et micro-fibre :
- Empreinte de la victime sur plusieurs meuble et mur, ils restent cependant dans la pièce principal.
- Le couteau comporte, certes le sang de la victime, mais sur le manche, pas d’empreinte, seulement des fibres de tissus correspondant sans doute à une serviette de bain bleu, qui n’est pas dans l’appartement.
- Trace de pas dans la salle de bain correspondant au propriétaire, or les chaussures les plus adéquates sont toujours dans l’appartement.


Mes relation ?


Suivant les relations des agents, ils ne les aideront pas plus que sa. A moins qu’ils soient branché gang et qu’ils connaissent le nom du gars en question (le blond), il fait partie des Sharp-edged jaw. Et…c’est tout !! C’est un homme discret…


Hell on ground


Boite de nuit gothique, sur deux sou-sols, inutile de dire que la drogue est le second ami.
Les videurs ne donneront rien du tout sur "le blond"
Le barman lui, « connaît peut-être de vu… ». Après quelque bel paroles de nos Cops, le personnage lui revient en tête. Or il lui faut rendre un service. Rendez-vous dans coin tranquille et propose : J’ais une bande de trois mecs qui me fait chier quand je veux retourner chez moi. Ils se trouvent à tel rue. Fait-les fuir, ou mettaient leurs la pression, bref, je veux plus les voir !!


Le service


En fait, c’est juste histoire décompressé un peu. Les cops doivent voir un moment ou un autre à un croisement de ruelles, un homme avec un truc sous son manteau, partir en courant lorsque celui-ci aperçoit les flics. Pas besoin de lancé des jets de poursuite (mais si vous le désirez.) Dans tous les cas l’homme doit plonger par terre, derrière une poubelle. Juste après deux autres hommes cagoulé font feu sur nos agents (afin qu’ils ne soient pas à découvert, pensé à des bidons, des poubelles) Le but soit de leur faire comprendre qu’ils peuvent attaquer de revers (au moins un) s’ils n’y pensent pas. Lors du détour, le/les cops rencontrerons l’un des hommes avec une batte de base-ball. Cela permettra de conclure ces coups de feux, sous la peur les mecs se rendront. Si tout de fois, ils n’attaquent pas de revers, l’un des hommes viendra les prendre à revers !! Si c’est le cas, imaginez un fait qu’ils peuvent s’en sortir quand même.


Bah alors les gars ! On a perdu ?


Suite à un interrogatoire, les hommes avoueront que cette histoire à été prés fabriquer par le barman, ils ne savent pas trop pourquoi, mais ils étaient bien payer.


Merci les gars. Re-bonjour barman…


Celui-ci ne pense même plus aller contre les cops et dira tout ce qui peut sur Jeff Orson.
Il fait partit du gang Sharp-edged jaw, il ne connaît pas le boss ni les autres membres. Sa technique est de devenir un pot à un « pigeon ». Quand-il se sent assez proche de lui, il lui propose de l’argent, en échange de services. Or le problème vient lorsque le « pigeon » veut en sortir. T’y est entré ? T’y reste ! S’il ne fait plus les services demandés, on vient l’emmerder un peut, puis on s’attaque aux proches… ça devient méchant, et ça ne lâche pas prise ! C’est tout ce que je sais sur lui. (Bien sûr, vous pouvez donner ses précisions suivant leurs jet d’interrogatoire)


Le Tuyau


John Parker est introuvable pour le moment. Si les cops regardent le compte bancaire, a une date d’échéance inférieure à 2 mois, ils constatent suite à des jets de perception, une irrégularité de retirement d’argent, un achat à une pompe d’essence inhabituel, situé au sud le LA. Ils apprendront par les proches de John, que cela, ne les étonnent pas. Il aimait bien aller a Palos Verdes avec Sonia, ils se font quelques soirées ensemble.
S’ils regardent au-delà de 2 mois, ils verront un débit à une pompe d’essence situé au sud de LA dans un petit coin de désert. Et pour ces proches, il n’a rien à faire la bas.


Ké calor !!!


Ce coin de désert ne compte qu’une dizaine de mexicains, juste l’épicerie, la pompe d’essence, un petit bar et quelques mobil homes espacés. Inutile de dire que la présence des Cops n’est pas très bien perçue. Il fa falloir la jouer fine, ou… pas dans la dentelle… un peut de répression, sa les calmera..
Le gérant de la station se souviendra d’une fourgonnette bleu métallisé (véhicule de John, il utilise pour ces livraisons) Par contre, le propriétaire… oublié. Par des lancés de charme, ou intimidation (qui me ne semble pas adéquat ici), pourra les informer un peu plus. Il a remarqué qu’il s’est dirigé vers les mobil homes de l’Est, si leurs jets de réussite est de 3 ou plus, il ajoutera qu’il est venu le matin de bonne heure, et que ça n’était pas la première fois qu’il a vue, mais n’étant pas ami avec eux, il n’a pas posé de question.

Il n’y a que 3 résidences mexicaines à l’Est. Un vieil homme veuf et deux couples âgés de 45, 50 ans. Ils ne tireront rien d’intéressant des cinq. Le meilleur moyen est de faire une perquisition dans l’immédiat, sinon par le doute, les preuves auront disparue.

Chez l’un des couples, un coffre situé dans une trappe sous le lit (le classique) renferme tout ce qu’il faut pour faire des petites bombes artisanal. (Mon petit conseil : Lorsque les PJs décident de fouillé un endroit, alors qu’ils ne savent pas ce qu’ils cherchent, la difficulté des jets de perception varie suivant leurs précisions. Exemple : bon, je fouille l’appart s’il n’y a rien de suspect. Difficulté 4 ou 5. Je regarde dans les conduits d’eau du robinet de la salle de bain. Difficulté 2.)


Alors il dit quoi le Mexicain ?


Viene romper la boca en estas putas del polis !!
Comes to break the mouth with these whore of cop

Comme le bonhomme est un dure à cuire, il appellera le voisin et une petite baston, histoire de ce défoulé. Suivant les réflexes des agents, l’accusé aura oui ou non le temps de prendre une arme de contact, par contre le voisin se ramènera avec sa barre à mine.

Après ce défouloir, place à l’interrogatoire, (le voisin n’a rien à dire sur le sujet) Tuepo Fernan (l’artisan) parlera seulement sous la violence, pas d’amitié avec les flics ! Il ne niera pas qu’il fabrique de petites bombes artisanal, les temps sont dure…mais la camionnette bleu, il ne s’en souvient pas, il faisait nuit aussi… (le pompiste la vue de jour)
Avec un marge de réussite, il approuvera le fait qu’il en à vendu un garçon, il ne connaît pas son nom, il n’y avait en aucun cas un échange d’argent, il était payer par un courrier, n’a jamais vu personne, juste quelques coups de fils.
Marge de réussite de 2, il a trois clients, venant chacun du même contact, chaque mois un des trois prend ce qu’il doit prendre, l’un est basé sur les bombes incendiaires, les 2 autres sur des fumigènes et à fragmentation. C’est tout ce que je peux dire.


On pose les cartes sur la table.


Ok, on a bien un agresseur, qui est mort… affaire classé pour lui. Il appartient à un gang qui a l’air solide, donc sans surprise, pas d’information très utile sur les Sharp-edged jaw. On peut penser à en avoir un peu plus au Hell on ground. Mais, évidemment le plus intéressant, John Parker… aucune information direct sur son « retranchement » et pas de preuve direct sur l’accident ou le meurtre.


T’es passé où toi…


Plusieurs moyens sont à votre disposition, comme on est en 2030, on imagine bien que tout véhicule de fonction possède un émetteur GPS. Si les cops, ou si vous les conduisez sur ce chemin, ils retrouveront la camionnette au quartier Palos Verdes. Afin de retrouver cet individu, les agents devront être discrets, John risquerait de prendre peur.
L’autre moyen de le retrouver, est de poser la question à Sonia ou Doug. Si parfois les cops ne prennent pas ces décisions, après un avis de recherche bien sûr, un commissariat pourrait le trouver, mais cette solution apportera une réponse assez lente.

Enfin, après l'avoir trouvé... s'ils n'ont pas enquêté sur le gang, John commencera par nier cet accident ou ce meurtre. (Il est venu là pour ce reposer, le stress du quartier, la frustration d’un de leur fournisseur. Si par contre les cops le rencontre 10 jours après…bah il était très stressé) Et voyant nos détectives dans l’incapacité d’y apporté des preuves, il suivra cette occasion.
Par contre, si les Cops lui apportent les faits du meurtre, il fera celui qui ne comprend rien, il était partit le matin vers 8h00. La seule personne qui a le double des clefs est Sonia (et le concierge). En effet, la difficulté est qu’il n’y a pas de preuves matérielles.
Or quelques incompréhensions subsistent, pourquoi n’a-t-il prévenue personne de son départ, il répondra à cela qu’en effet un mec du quartier le suivait depuis quelques semaines, et après lui avoir crevé ses pneus avec des clous la tension montait et il ne voulait pas les prévenir suite à une lettre de menace de lui et de ces proches. Et c’est pour cette raison qu’il n’a pas prévenu la police. Evidement il ne pourra pas en dire plus sur cet agresseur, puisqu’il portait une casquette, de larges manteaux… Il est partit en pensant que cela apaiserais la situation.

Et les bombes ? Et « l’ami » ? Et l’argent devenant plutôt irrégulier ?
Là il approuvera son geste, mais indiquera que, certes l’argent lui manquai, mais qu’il était très difficile de leur refusé, si on ne voulait pas se retrouver mort dans une ruelle. Il a commencé a refusé une offre, mais là les emmerdes ont commencé, il ne sait pas d’ailleurs si le mec a la casquette n’était pas en rapport avec le gang. Et cette lettre, qu’il a brûlé, ne sait pas de qui ça vient. Et il a refusé une deuxième fois… c’est après ce refus qu’il est partit de chez lui.


Si perquisition de la camionnette


Ceux qui s’occupent des micro-fibres trouveront en effet des particules pour des petites bombes.
En ce qui concerne le GPS (vérification par jet éducation/ informatique (2)) le départ à 8h00 n’est pas certifié, avec marge de réussite de 1 ou 2, la base des clefs de registre permettant l’historique de navigation est supprimé. Excuse : Ne pas révéler sa position par rapport au gang
On y remarquera également un ordinateur portable, possédant des logiciels de programmation.
Après des jets d’éducation/informatique(3) (si piratage). Notre expert remarquera bien la demande de supprimé la base de registre, et si marge de réussite, récupération de la base de registre, mise en route du GPS à 8h00, mais position du véhicule inchangé indiquant par la même occasion des erreur de branchement de l’appareil.


C’est qui ce « tuuuut » de meurtrier !!


A se rappeler que la porte de l’appartement n’a pas était fracturé, John et Sonia pourront leurs montrer les clefs, par contre le concierge ne les trouve plus… Sans doute dans un fond de tiroir…A mon avis les Pjs ne vont pas l’apprécier longtemps, et il va directement avoir droit a quelques explications. Facile à faire parler, si seulement on lui assure d’avoir une protection contre son offenseur, en effet un mec avec une barre de fer lui a demandé la clef correspondante et est monter tout de suite après. La description… casquette noire, lunette noir, de gros manteaux, bref il ne sait pas trop, mais il l’avait vue quelques fois. Mais John pas vue.
Si les agents ont un jet de réussite de 1 ou 2, il leur précisera qu’un mec plutôt sympa ma demander s’il avait vu John ou un mec sortant ou entrant dans l’appartement. Il a répondu comme aux détective.



Suite :


A partir de ce moment là, les recherche seront vaines, cette description ne leur apportera pas de résultat. Est-ce que cet homme a vraiment tué Jeff ? John n’a-t-il pas mit en scène ce gangster avec le concierge. Tout cela reste flou. Libre à vous de donner suite à cette enquête, et peut-être qu’il y a une faille dans ce que vous avez lu.


Dyce


Contributions
   Personnel
   Suspect
   10-18
   Lieux
   Dossiers
   Articles
Informations
   Inspis
   Revue de Presse
   Publications
   Liens
   Download
   Ecrire
Section Membres
   Crédits
   Login
   Devenir rédacteur
Rechercher